Ce que la formation professionnelle doit changer pour intégrer les cours en ligne

intégrer les cours en ligne

Publié le : 16 mai 20233 mins de lecture

En France la formation professionnelle nécessite de nombreux aménagements. Tout d’abord, elle doit commencer par intégrer les cours en ligne – Mooc l’abréviation anglaise de Massive open online course – pour garantir la fiabilité et la qualité des enseignements. Elle doit aussi pouvoir proposer une large panoplie de formations en ligne.

La réforme en cours de la formation professionnelle aurait pour objectif de donner aux salariés davantage de liberté dans le choix de leur formation notamment la possibilité de choisir des formations en ligne, à hauteur de 150 heures tous les sept ans (trop peu en fait) et accessible par le biais du Compte Personnel de Formation – CPF- En effet ce volume horaire est totalement inadapté à la formation en ligne car qui dit cours en ligne dit autorégulation de son temps, et la charge horaire nécessaire pour compléter une formation sur Internet varie d’un participant à l’autre et si l’on veut vraiment entrer dans cette logique d’autoformation en ligne, il semble plus pertinent de raisonner en terme de compétences acquises.

La question du volume horaire reste une survivance d’une vision désuète de la formation, centrée sur le formateur et le présentiel. Les cours en ligne sont certes des cours de qualité mais en termes de financement il faudra faire appel à la validation des acquis et certification. Et pour le moment, les certificats issus des MOOC se basent essentiellement sur l’évaluation automatisée et l’évaluation par les pairs. Par conséquent, il y a des compétences qui peuvent être validées ainsi mais il y en a tout de même beaucoup qui impliquent les services d’un (ou plusieurs) pédagogue(s) expert(s), ou au moins d’assistants pour évaluer de grands nombres de productions, et donc, un modèle économique.

De là, plusieurs orientations sont alors possibles. Tout d’abord, les MOOC et assimilés s’associent à des personnes compétentes pour accompagner/certifier les futurs apprenants, des tuteurs/examinateurs en quelque sorte et le contenu du cours reste le même pour des milliers (voire des dizaines de milliers) de participants, et seul l’accompagnement et les examens sont personnalisées Mais si ce système doit être diffusé à grande l’échelle, il va falloir trouver ces personnes. Pas si simple de mettre un tel dispositif sur les rails car il faudra recruter beaucoup de monde pour assurer son fonctionnement en s’assurant des compétences et tous les problèmes qui s’en suivent au niveau organisationnel, suivi des cours et des devoirs et ainsi de suite. Vous trouverez ici des documents et des liens vous permettant de comprendre mieux les MOOC.

Plan du site